Le manoir hanté de Goresthorpe de Arthur Conan Doyle

Toujours dans la même revue, j’ai lu la deuxième nouvelle, cette fois-ci inédite qui nous est proposée. J’avoue avoir été nettement moins convaincue. C’est l’histoire de deux copains qui s’enferment dans une maison supposée hantée, qui se situe sur les terres de l’un (j’ai déjà pas compris car la maison me semble d’une sacrée taille pour être une annexe et le propriétaire du terrain ne m’a pas semblé très riche). Ils s’amusent à se faire peur jusqu’à ce qu’apparaisse réellement le fantôme. Et là, il font moins les malins. Cela ressemble à un mauvais film, à un très mauvais film à peine sauvé par la narration et l’écriture de Conan Doyle. J’ai eu du mal à comprendre que c’était le fantôme qui était en train de leur faire peur, c’est pour dire (en passant, il n’ai pas vraiment décrit : ce que je trouve étrange car il y a un des copains qui est censé avoir un esprit analytique (peu développé ou décrit). C’est donc la première chose qu’il aurait du faire.)

Dans la revue, on explique que c’était peut être une amorce du couple Holmes-Watson. À part que c’est deux hommes, je ne vois pas.

Ce que je retiendrai surtout, c’est la partie bibliographique de la nouvelle (c’est-à-dire que ce n’est pas le texte) :

« Le manoir hanté de Goresthorpe Grange » – à ne pas confondre avec « Selecting a ghost », parfois intitulé « The Ghosts of Goresthorpe Grange » – est un véritable inédit (fantastique), tiré des archives de l’éditeur Blackwood, déposées à la National Library of Scotland en 1942. Proposé au célèbre Blackwood’s Edinburgh Magazine, sans doute avant 1880, mais rejeté, le manuscrit ne fut jamais retourné à son auteur qui n’en avait pas conservé de copie. Ce texte était connu des spécialistes depuis une dizaine d’années, mais sa publication fut retardée pour des raisons qu’il serait inutile de développer ici.

Il convient de ne pas confondre cette histoire avec « Selecting a Ghost » (parue dans le London Society en décembre 1883), qui porte les titres de « Ghosts of Goresthorpe Grange », « The Ghosts of Goresthorpe Grange », « The Secret of Goresthorpe Grange », ou encore, comme nous l’avons vu dans des bibliographes françaises, cet extraordinaire « The Haunted Grange of Goresthorpe Grange ».

C’est notamment le cas pour le Bouquins – Inédits et Introuvables de Arthur Conan Doyle – des éditions Robert Laffont.

Références

Le manoir hanté de Goresthorpe de Arthur CONAN DOYLE – traduit de l’anglais par Anne-Sophie Homassel – présentation de Xavir Legrand-Ferronière dans Le Visage Vert numéro 12 (2002)

4 commentaires

  1. je ne connaissais pas cet anthologie mais ces deux récits que tu as chroniqués me tentent bien ! généralement, j’aime bien les récits Conan Doyle donc c’est noté ! (même si ce récit là ne t’as pas emballé !)

  2. Tu me tentes bien, surtout la deuxième nouvelle en fait. Mais en ce moment je lis Ma vie aventureuse (comment ils ont traduits Memories and adventures ces clampins ?), et je crois que je ne suis pas faite pour les autobiographie. Qu’un tiers congratule quelqu’un et montre ses vertus ne me dérange pas, mais que la personne elle même s’auto-félicite et fasse du style ‘ma vie -mon œuvre’ me casse un peu les pieds.

    1. Tu vas m’obliger à le lire pour me faire mon opinion sur le sujet ! alors que je dois lire les livres du prix Indiana…

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.