Le vampire de Whitechapel – un film de Rodney Gibbons

Présentation du DVD

Un moine de la confrérie du frère Marstroke a été victime d’un meurtre abject. Le lieu du crime ? Whitechapel, le quartier de Londres devenu tristement célèbre depuis les récents méfaits de Jack l’éventreur. Quelqu’un ou quelque chose cherche à salir de nouveau de rouge ses ruelles sombres. Holmes, le célèbre détective anglais, se lance dans ce nouveau défi …

Matt Fewer dans le rôle de Sherlock Holmes

Kenneth Welsh dans le rôle du Dr. Watson

Mon avis

Vous vous rappelez peut être de mon commentaire sur la « pire version du Chien des Baskerville« , comme l’a si justement appelé Matilda dans un de ses bilans et bien, j’ai récidivé ! Je vous avais prévenu, il y avait quatre dvd dans le coffret. J’ai choisi celui qui me semblait le plus éloigné des aventures de Sherlock Holmes, telles qu’écrites par Arthur Conan Doyle. Je pense que ce fut un choix plus heureux car finalement, on n’a rien pour comparer.

Dans l’ensemble, je dirais que c’est un téléfilm sympa à regarder quand vous rentrez du travail. On sent le côté racoleur du titre mais Rodney Gibbons n’est pas le seul dans ce cas. Le côté décors, costumes … est assez moyens  car trop stéréotypés (tout se passe dans un monastère : on dirait le même que celui où ont été tourné certains épisodes de Sydney Fox ou de Frère Cadfael (mais lui, il ne vivait pas à la même époque !)) ou trop étranges (les prétendus pauvres de Whitechapel sont très très bien habillés à faire pâlir la bourgeoisie de l’époque). Des trucs dans la manière de filmer semblent dignes d’un débutant, surtout lors de l’explication de fin. Pour montrer que Matt Fewer avait vu un indice, on le voit regarder fixement cet indice et il plisse fortement un œil pour ensuite s’approcher de la caméra. Cela m’a fait mourir de rire tellement cela fait cliché ! Matt Fewer surjoue toujours beaucoup trop et Kenneth Welsh est trop installé dans son rôle de gentil pépère. Finalement, il ne lie de relations de connivences qu’avec tout le monde sauf Holmes. Cela fait quand même un peu moins duo …

Ce qui sauve le tout c’est le scénario. Il y a une impression d’agréable déjà vu. Il y a un mélange du Vampire du Sussex (une aventure de Sherlock Holmes) et de Frère Cadfael (il n’ai aucunement question de Jack l’Éventreur dans ce téléfilm). Vous vous retrouvez comme dans des pantoufles et c’est pour cela que c’est sympa de le regarder à la sortie du travail !

Références

Le Vampire de Whitechapel – un film de Rodney Gibbons avec Matt Fewer et Kenneth Welsh (2002)

Publié le
Catégorisé comme SSHD

2 commentaires

    1. Je viens de regarder Le signe des quatre et franchement, je commence à m’habituer ! donc note, tu as raison …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.