Professeur Bell – tome 1 : le mexicain a deux têtes de Joann Sfar

« – Il fume sans cesse pour tanner sa peau et l’empêcher de craquer ou de s’infecter.

– La fumée est bonne pour les morts ?

– Excellente, mais celui-là n’est pas un zombie ordinaire. Il est froid. Ses muscles sont secs comme des cordes. Il est mort depuis des années. Le crâne sonne creux. Pas d’activité cérébrale. Il est mû par une volonté extérieure.« 

La question est : faut-il être un zombie pour que cela soit le cas ?

Le professeur Bell qui parle a un fantôme : « Ne le prenez pas mal, mais effectuer chaque nuit les mêmes gestes pendant huit cent ans, ce n’est pas surnaturel, c’est de la névrose. » Je tenais à partager cette information avec les trois lecteurs de mon blog : les fantômes sont en fait des névropathes !

L’histoire

Je précise que le Professeur Bell était un des professeurs de Sir Arthur Conan Doyle, à Édimbourg, lors de ses études de médecine et que c’est en partie de lui que c’est inspiré l’écrivain pour créer son personnage de Sherlock Holmes. Joann Sfar précise au début de la bande dessinée que « le romancier a passé sous silence les aspects les plus noirs de la personnalité de son mentor. Il est temps de rendre publics certains vieux dossiers. »

J’ai donc lu le premier « dossier » en étant tout à fait morte de rire parce que visiblement Joann Sfar s’en est donné à cœur joie. Le Professeur Bell n’est plus seulement professeur de chirurgie mais aussi teratologue (spécialiste des monstres pour les incultes). Il pense que cela les attire et en soit il a raison (c’est au cas où vous comptiez en faire votre profession et que les monstres vous fassent peur). Un de ses anciens élèves, Pascual Pinon (mexicain d’origine ?!), directeur d’un asile d’aliénées dans un château qu’il a hérité de sa femme, vient le voir pour qu’il l’opère de la deuxième tête qu’il a sur le front. Elle le rend malheureux en effet car elle maintient ses fils en vie, et qui sont pourtant des cadavres. Ceux-ci tuent les pensionnaires de leur père et surtout celles dont il est amoureux. L’histoire ne dit pas si elle est malheureux pour les femmes ou pour le fait qu’il risque tout de même la faillite. Là-dessus, Bell refuse mais après il s’en mord les doigts. Il va au château, rencontre Celia, qui parle au fantôme névropathe, l’enlève quand les fils veulent la tuer, couche avec , l’héberge … s’en suit des combats entre Bell et les cadavres qui explosent le cabinet de curiosité de Bell (le service de la voirie d’Édimbourg est obligé de venir). Un truc de fou, vous l’aurez compris (ou non).

Mon avis

Joann Sfar monte ici un scénario génialissime parce que je trouve très second degré, les répliques sont très drôles et on ne peut s’empêcher de rigoler. Ce qui gâche un peu c’est le manque de détails dans le dessin (comme m’a dit ma collègue, c’est fait à l’arrach’). Je trouve que ce n’était pas le cas dans Le chat du rabbin : les décors étaient plus précis. Ici, finalement, reste des personnages très sombres (on est quand même dans l’empire du mal), des dessins stéréotypes et finalement qui semblent déjà vus (même si je ne suis pas sûre de les avoir déjà vus autre part que chez lui).

Références

Professeur Bell – tome 1 : le mexicain à deux têtes de Joann Sfar (scénario et dessin) et de Brigitte Findakly (couleurs) (Delcourt, 2007)

17 commentaires

  1. grrrrrr, je dois encore noter 😉
    tu n’as donc pas pitié de ma PAL ? tu écris en plus bien joliment, du coup on est tenté bien sûr – trop injuste 😀

    1. C’est trop gentil !!! Pourtant je ne connais pas Joann Sfar. Matilda l’a réservé à la bibliothèque. Elle devrait le lire bientôt du coup. On saura alors ce qu’elle pense mais fais attention si tu note, je crois qu’il y a déjà 5 tomes pour l’instant 🙂

      1. sfar c’est « le chat du rabbin » notamment, et « gainsbourg vie héroïque », ainsi que « chagall en russie », qui est assez dur

        je me demande ce que va donner ce roman graphique-ci – mais s’il y a déjà 5 tomes, merci bien, je passe mon tour 😛

        1. « je ne connais pas » c’était où on était pas ami dans le sens de IRL (j’ai appris cette abréviation cette semaine ; c’est pour ça que je l’écris) mais oui, j’ai lu le chat du rabbin suite au conseil de ma collègue qui m’a dit que Joann Sfar c’était un « grand de la bd ». Je me suis dit qu’elle devait pas en lire beaucoup de bd parce que c’est sympa sans plus dans le scénario mais les dessins pêchaient par simplicité à mon avis (faut dire que j’aime les bd avec des dessins magnifiques et très travaillés). Ce n’est pas un roman graphique. C’est vraiment le même format que ceux du chat (j’ai lu l’intégrale en 1 volume ; peut être qu’ils vont sortir la même chose pour cette série). Je t’avouerai que je lirais les autres si je tombe dessus d’occaz’ ou si ils sont en un seul tome pour pas trop cher mais je n’irais pas les commander à la librairie.

          1. désolée, j’aurais dû y réfléchir à 2 fois avant de poster mon commentaire idiot 🙄

          2. Ce genre de commentaire (le dernier) n’est pas admis sur ce blog. La prochaine fois vous serez modérée madame. Il n’y a pas de commentaire idiot ! Non mais !

        2. Ou si mon frère veut m’offrir les autres tomes, je ne dirais pas non (je dis cela parce que parfois il lit le blog 🙂 )

  2. Tu donnes très très envie de le lire 😀
    J’adore venir sur ton blog et tomber sur une avalanche de billets sur des livres dont j’ai jamais entendu parler !
    Pour la BD de Sfar je dois vraiment la commander à la médiathèque … je ne sais plsus i on en avait mais tu as déjà lu la BD Baker Street où c’est Watson qui résout tout et Sherlock un gros andouille ? C’est juste aussi hilarant !

    1. je l’ai vu sur amazon celle là. Elle m’a l’air bien mais ce mois-ci Sherlock Holmes va me donner plein d’idées j’en suis certaine !

    1. Je sais pas encore pour celle-là, je verrais au fur et à mesure de l’avancée de mes lectures. J’ai écouté La figure jaune cet après-midi et franchement j’ai vachement aimé même si l’histoire rappelle par exemple Les hommes dansants et que SH apparaît dans les deux dernières pistes. La lecture est vraiment bien car très dynamiques. En fait, il s’agit d’une réédition de ceux qui étaient en coffret jaune avant.

  3. j’ai aussi entendu parler de cette BD – elle en est aussi au numéro 5 – c’est effarant, faut que je dévalise une banque vite fait 😆

    1. Tu peux pas dévaliser plutôt les trop super magasins de bd qu’il y a à Bruxelles. La banque c’est très dangereux apparemment. Dans tous les téléfilms ils se font piqués.

  4. Je l’avais noté mais je n’avais lu aucun avis dessus. Ton billet confirme mon choix! Ça l’air très intéressant!

    1. En spécialiste de Sherlock Holmes, il faut bien sûr que tu le lises. Peut être connais-tu déjà d’autres albums de Joann Sfar ? Je te conseille de regarder quelques planches si tu en trouves sur internet pour te faire une idée des dessins et savoir si ils sont à ton goût.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.