Les derniers jours de Stefan Zweig de Sorel et Seksik

Je me suis procurée cette bande dessinée suite à l’avis d’Aifelle. J’aime Stefan Zweig depuis plein de temps même si je n’ai pas tout lu, même si je ne connais pas sa vie (à part son suicide) et je voulais lire le livre de Laurent Seksik quand il est sorti mais les trop bonnes critiques m’ont fait fuir. Le dessin de couverture, que j’aurais bien vu chez Futuropolis, a fini de me donner envie.

Commençons donc par parler du dessin et des couleurs. J’ai aimé les couleurs chaudes, la lumière, les pauses théâtrales et très démonstratives des personnages, un peu comme si ils oscillaient entre tristesse et joie (je crois franchement que c’est le cas en plus). Ce que j’ai moins aimé, c’est la coloration des visages qui m’a semblé donner une teinte artificielle, factice, un peu trop brillante.

Pour ce qui est de l’histoire, il s’agit de la fin de Stefan Zweig et pour le coup, il m’a un peu déçu ce Stefan. Tout simplement parce que je ne connais pas l’histoire. La bd raconte son exil au brésil avec sa seconde femme beaucoup plus jeune que lui, elle asthmatique, lui extrêmement pessimiste (il faut dire qu’il y avait de quoi à cette époque là). J’en viens donc à ce qui m’a déçu, le fait que Stefan utilise son influence sur sa femme (ou plutôt utilise l’admiration de sa femme) pour la pousser à l’accompagner dans le suicide alors qu’elle, elle n’était pas sûre. Elle ne demandait qu’une chose, être heureuse avec son mari. Je me suis demandée sur quoi l’auteur s’appuie pour étayer cette version des faits : a-t-on des lettres de la femme ? en tout cas la dernière (celle écrite à la femme de ménage comme dans le livre) ? est-ce que Stefan Zweig a envisagé de se suicider seul ? est-ce que cela n’aurait pas trop dévasté sa femme ? (on se pose toujours la question quand quelqu’un se suicide à mon avis). J’aimerais bien savoir ce qui est vrai, ce qui est inventé et ce qui est supposé mais la bande dessinée ne le dit pas.

Références

Les derniers jours de Stefan Zweig de Guillaume SOREL (dessin) et de Laurent SEKSIK (adaptation scénaristique) (Casterman, 2012)

6 commentaires

  1. Il y a bien longtemps que je n’ai pas lu Zweig, sans m’expliquer vraiment pourquoi… Par contre, Guillaume Sorel, je le croise souvent dans les BD car j’aime beaucoup son graphisme.

    1. Je ne connaissais pas du tout avant. Le graphisme est très beau, ce qui m’a un peu moins plu comme je le dis dans le billet c’est la colorisation des visages. Ce n’est que mon avis …

  2. je viens de terminer une bio écrite par zweig – en fait jusqu’à présent, c’est le 2ème livre écrit par lui que je lis – mais vu les avis positifs à son encontre, je vais me lancer dans autre chose – quand ma pal aura diminué MDR

    j’ai noté ce livre-ci depuis un certain temps, je le conserve sur ma lal malgré ton avis mitigé

    1. J’ai vu que tu avais publié un avis sur Marie-Antoinette maintenant il faut que j’aille le lire. Ma cousine m’a dit que ce livre était très bien. Je vais te surprendre mais je n’ai jamais lu une de ses bios, seulement ces romans et nouvelles. Vous vous y mettez à deux aujourd’hui (Dominique a un fait un billet sur le même sujet).
      Je n’ai pas été déçue par cette bd mais c’est comme toujours, je ne sais pas où est le vrai et le faux et cela me perturbe.

    1. Il a plu à plein d’autres personnes. Pourquoi pas à vous ? Mon avis, pour mon cas personnel à moi toute seule, c’est que j’ai aimé l’histoire qui est raconté. Du coup le scénario et les dessins m’ont paru meilleur que si cela avait été une autre histoire (qui n’aurait pas parlé de Stefan Zweig par exemple). Cela m’a fait voir le bon côté des choses.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.